Artistes alchimistes

C’est un lieu commun de dire que la chimie est liée à l’art. Certes, l’évolution des pigments et des matériaux est une question chimique. Certes la photographie en elle-même est une réaction moléculaire. Mais ce dont nous parlerons ici, c’est de la chimie en tant que vocabulaire de forme : voyage dans l’infiniment petit à travers deux artistes contemporains.

Paysages organiques

Hicham Berrada est-il un laborantin ou un artiste ? C’est en tout cas son gout pour l’expérimentation qui semble guider son travail. Alors que l’artiste classique est sensé produire, Berrada ne fabrique pas d’objet mais se contente de révéler des processus chimiques. Comme le remarque très justement Alice Halter :

Il n’y a pas de produit. Juste un agencement. […] C’est une action. L’intervention minimale d’un homme réduit à être agent, un agent parmi d’autres (sels, fluides, moteurs, aimants), un agent d’une mise en mouvement de processus physico-chimiques naturellement actifs bien qu’invisibles dans le monde concret.

Hicham Berrada réalise ainsi des vidéos et des prises de vues de ses expériences. « Présage » (2007-2013) présente par exemple des images de mélanges qu’il réalise dans un bécher, formant un paysage de réactions chimiques.

Hicham BerradaUne fois agrandies, les formes qui apparaissent font penser à un écosystème sous-marin ou à une forêt tropicale. Ce microcosme se change en macrocosme, grâce à l’agrandissement d’échelle : une voie lactée s’organise dans l’étroitesse du récipient.

Avec « Natural Process Activation » et « Céleste » c’est à taille humaine que Berrada joue à l’apprenti sorcier. Il crée des nuages de fumée colorée dans un jardin à l’extérieur.

ciel hicham berrada

Celeste, 2014 Ciel gris, fumée bleu ciel Hicham Berrada, Céleste, 2014, Ciel gris, fumée bleu ciel, Video HD, 6′ Photographies 40x50cm. courtesy site de l’artiste

Enfin, avec son « Arche de Mendeleïev » (2010), l’artiste aborde la chimie avec une approche plus conceptuelle. Il reproduit en effet le fameux tableau de classification des éléments, sous forme d’une étagère remplie de petites fioles. Elles contiennent chacune un élément, formant à elles toutes l’ensemble des possibilités moléculaires. On retrouve l’idée d’un abrégé du monde, à l’image des encyclopédies et autres cabinets de curiosités.

Mendeleiev ark

Hicham Berrada, Mendeleïev Ark, 2010, 100 x 60 x 15 cm, 117 cubes ajourés en acier 5x5x5cm rangés selon le tableau périodique des éléments, 117 micro-flacons, éléments chimiques, IPN, courtesy site de l’artiste

 

L’émotion au microscope

Rose-Lynn Fisher travaille elle aussi sur l’infiniment petit, mais sur le biologique cette fois. Elle a commencé à s’intéresser aux abeilles, sur lesquelles elle a réalisé une série en 2010.

Mais c’est sa réflexion autour des larmes qui nous a éveillé notre attention lors d’une exposition au Palais de Tokyo (Le Bord des Mondes). En effet, la photographe agrandit différents types de larmes, émotionnelles, d’irritation ou d’hydratation, de qui donne des clichés d’une architecture organique fait penser à un urbanisme utopique. Des larmes de joies à celles du désespoir, chacune des sécrétions possède sa structure.

5_fisher_grief

Rose-Lynn Fisher, Tears of grief (Larmes de peine), 2013, courtesy site de l’artiste

Là encore, du minuscule à l’immensément grand, il n’y a qu’un pas que Rose-Lynn Fisher a franchi grâce à ses vues aériennes de paysages terrestres. L’artiste s’explique:

Travailler au microscope à travers plusieurs années de photographie a altéré ma perception des échelles et de la distance, et favorisé une sensibilité géographique.

Hicham Berrada et Rose-Lynn Fisher, ou quand de jeunes artistes s’improvisent chercheurs en poésie.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.